Côté bricolage, on a acheté le nouvel évier et le meuble de dessous, mais auparavant... il fallait s'occuper des cerises, avant qu'elles ne pourrissent toutes.

Comment réussir une délicieuse confiture de cerises du jardin en 24 étapes simples et faciles ni simples ni faciles.

1. Se dégoûter des cerises fraîches en s'empiffrant pendant plusieurs jours.
2. Faire le tour des copains et copines pour proposer nos belles cerises bio. Franchement c'est une belle année pour les cerises. Chez vous aussi?
3. Se décider à faire des confitures pour ne pas perdre tout ce qui reste, pour faire profiter les copains qui ne sont pas là pour les cueillir, pour économiser en confiture pendant les douze mois à venir, et une tonne d'autres raisons censées me motiver à fond.
4. Aller acheter du sucre à confitures, 4 fois le prix du sucre, mais bourré de gélifiants végétaux qui éviteront un échec cinglant - en fait on ne peut pas vraiment rater une confiture, surtout si on inclut des fruits pas très mûrs : acide et pectine garantis.
5. Sortir de la cave la bassine en cuivre, s'apercevoir qu'il faut la récurer, passer 20 minutes à frotter, se rendre compte qu'on arrivera à faire briller le fond mais pas les bords, se décider pour la cocotte minute afin d'éviter des saveurs parasites dans la future confiture. A propos des avantages et inconvénients du cuivre, lire quelques remarques sur cette page de l'INRA.
6. En fin de journée, saisir un saladier vide et aller cueillir les cerises qui sont à peu près à portée de main. Plus tôt, il ferait trop lourd et trop chaud.
7. Grimper sur une chaise pour avoir les cerises qui sont un peu en hauteur, pour finir de remplir le premier saladier.
8. Se mettre en équilibre instable, poser un panier à salade en équilibre instable sur les branches, s'étirer au point de se déboîter un bras pour atteindre une branche un peu lointaine, et devoir ramasser sur le sol le contenu du panier dont l'équilibre était vraiment trop instable.
9. Sortir l'escabeau pour régler leur compte aux cerises qui ont poussé trop haut sur l'arbre. Ne pas ranger l'escabeau, on verra demain.
10. Arriver à remplir trois récipients moyens et dépareillés. Grignoter un repas du soir pour se donner des forces.

11. Dégotter quelques bocaux et leurs couvercles et les stériliser patiemment à l'eau bouillante, pendant 2 minutes chacun. Je dis 2 minutes mais je ne connais pas le temps exact pour réellement tuer les microbes et germes. (Oups, il paraît que c'est 10 mn) Aligner les pots à l'envers sur un torchon propre.
12. Rincer, équeuter et dénoyauter les cerises pendant une heure et quart, en zieutant Missing sur W9. Monter le son pour couvrir les ronflements de zhom qui fait la sieste. Oui, je sais, j'abuse un peu pour les liens.
13. Repérer quelques vers tout en retirant les noyaux, preuve que les fruits sont non traités et donc très sains. Une fois la fierté passée, penser à retirer les vers.
14. Jeter les noyaux à la poubelle, sauf si vous voulez faire la chasse aux mini-cerisiers dans votre gazon au printemps prochain. C'est que ça pousse bien ces trucs-là. Si quelqu'un veut un cerisier à repiquer, laissez-moi un commentaire vers mars-avril.
15. Peser les cerises.
16. Calculer la masse de sucre à confitures nécessaire, s'apercevoir qu'un paquet ce n'es pas assez. Se dire qu'après tout, la confiture n'en aura que plus de goût. Hésiter. Peser le pour et le contre puis peser une masse approximative de sucre normal pour compléter.
17. Tout balancer dans la cocotte minute, touiller à la cuiller en bois, mixer quelques secondes pour faire sortir un peu de jus, penser à sortir la louche, vérifier que les bocaux sont prêts, puis mettre le feu au max pour amener à ébullition. Retirer son t-shirt pour supporter la chaleur.
18. Se dire qu'il faut faire une photo pour le blog. Sortir l'appareil, faire une tentative, s'apercevoir que le mode flash n'est pas activé, recommencer, se demander pourquoi l'appareil affiche "piles épuisées", dégotter deux piles fraîchement rechargées et les insérer à la place des pauvres épuisées. Prendre deux ou trois clichés embués.
19. Touiller précipitamment à la cuiller en bois : ça commençait à bouillir, ça aurait pu attacher.
20. Maintenir à ébullition 7 minutes, comme dit le mode d'emploi du sucre spécial. Avoir chaud aux mains. Se demander s'il ne faudrait pas aussi retirer le soutif, mais changer d'avis à l'idée de la confiture brûlante qui pourrait éclabousser - l'idée de ces projections intempestives de confiture ferait sûrement briller les yeux de zhom s'il n'était pas en train de faire vibrer le canapé et le sol, mais franchement je n'ai pas envie de me cramer la peau à cet endroit.
21. A l'aide de la louche, remplir les bocaux stérilisés, se brûler les doigts en faisant déborder la confiture brûlante (mais il ne faut pas laisser d'air dans les pots, sinon ils ne seront pas stériles). Visser rapidement les couvercles et retourner les pots sur un deuxième torchon propre - mais un torchon auquel on tient un peu moins, parce que ça tache, les cerises, même cuites.
22. Se rendre compte qu'on aura besoin de pots supplémentaires, les stériliser vite fait et les remplir aussi.
23. Utiliser l'eau chaude qui a servi à stériliser les derniers bocaux pour décoller de la cocotte le liquide rouge qui commence à se gélifier sur les parois. Y faire tremper aussi la cuiller en bois et la louche.
24. Nettoyer les alentours de la cuisinière, les torchons, les saladiers, la balance de cuisine, la table, le sol sur lequel le jus a dégouliné pendant le dénoyautage, les avant-bras de la cuisinière (moi, pas le meuble), les vêtements de la cuisinière (moi, là aussi), les pieds, le carrelage de la cuisine.

25. Optionnel : venir taper 24 petits paragraphes sur son blog pendant que les pots refroidissent, et avant que Sex and the City ne commence. Tiens, je crois que zhom se réveille.

Je viens de lire que je n'avais pas bien stérilisé, et puis qu'il fallait nettoyer les bords des pots avant de visser les couvercles.

Si ma stérilisation n'est pas parfaite, vous pensez que ça se voit et que les pots prennent une horrible teinte verdâtre ou noire, ou bien que les toxines et bactéries sont de vilaines petites chipies discrètes et que personne ne s'en apercevra avant d'être gravement intoxiqué?